Archives de catégorie : La vie de l’exploitation

Avril 2019 : la saga des tomates, l’épuisement des stocks, le joli papillon, le nouveau tracteur…

Légumes à venir dans les paniers

Les stocks sont quasi vides, il ne reste que des betteraves rouges, quelques courges et des haricots secs. Les plus petits paniers de l’année arrivent. Ils seront composés :

  • de verdures diverses (laitues, roquette, cresson…)
  • de soupes réalisées par « Le Chenelet » (atelier de réinsertion prés de Calais qui propose cette prestation) avec les légumes abondants de l’été 2018.
  • De petits condiments frais (aillet, échalotes vertes, oignons frais…)
  • Et petit à petit, de petits légumes primeurs : petits pois, fèves, navets, brocolis, puis pommes de terre, carottes botte…

A partir de mi-Juin, l’arrivée des courgettes et autres légumes d’été permettront d’assurer de nouveau des paniers conséquents. On attend pas les tomates avant mi-juillet, mais vivement !!!

 

 

Ateliers divers d’hiver

En Février, nous avons retiré les bâches qui étaient restées tout l’hiver au sol. Tirées au tracteur, pliées, mises sur le côté du champs à l’huile de coude d’amapiens… *

 

 

 

 

 

Après 2h sous une météo clémente, le champs et les bâches réutilisables étaient prêts pour une nouvelle saison.  C’est un travail que je ne peux absolument pas faire toute seule. Un grand merci aux courageux qui sont venus m’aider ;-)!

 

 

 

 

 

 

 

En Mars, nous avons entretenu les constructions en bois de la ferme : le poulailler fixe, le poulailler mobile et l’abri de l’âne et du poney. Avec le coup de main efficace des enfants, on est repartis pleins d’huile de lin. Ca doit être bon pour la peau non ?!

 

 

 

 

 

Les tomates de la graine à la plantation en serre

 

Etape 1 : on est mi-février. Les graines sont posées sur une tablette isolée, sur un lit de 3cm de terreau. Sous le terreau, il y a un câble chauffant qui garde tout ça à 25°C. au dessus, un mini tunnel dans le tunnel en plastique vient parfaire l’isolation et garder l’humidité. Sur cette photo, elles sont au stade cotylédons : les deux premières feuilles qui sortent au moment de la germination.

 

 

 

 

 

Etape 2, un mois plus tard environ, dés que deux vraies feuilles sont apparues, les bébés tomates sont repiqués un par un dans les godets individuels plus grands. On les garde au chaud, 20°C.

 

 

 

 

 

 

Etape 3 : début Avril, les plants ont bien poussé. Ils sont acclimatés dans le grand tunnel pendant une semaine environ. S’il fait froid la nuit on peut toujours à ce stade mettre un voile pour les protéger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etape 4 : mi-Avril, c’est le grand saut. Les petits plants sont repiqués à leur place définitive. La préparation du terrain a été soignée : en novembre, un mélange de plante avaient été semé pour nourrir le sol et le garder vivant. Cette végétation dense a été broyée (photo) et incorporée en douceur en février, pour se transformer en nutriments.

 

 

 

 

 

 

L’atelier d’Avril a été consacré à installer les bâches, l’irrigation, les 500 ficelles et les grillages qui servent à palisser tomates, poivrons et aubergines.

Au pied de chaque tomate, on ajoute une petite poignée de granulés à base de plumes et d’algues pour parfaire la fertilisation.

Et voilà !!! Maintenant, On espère qu’il ne va pas faire trop froid jusqu’aux saintes glaces.  « ya plus qu’à » bien les tailler toutes les semaines, et les fruits devraient arriver !

 

 

 

Mars et Avril en Image dans les cultures !

 

 

Les stocks se sont vidés. Plus de carottes ou de pommes de terre dans le frigo, et plus de poireaux dans le champs. Cette année, on a quand même atteint un record avec ce poireaux géant de presque 2kg !!!

 

 

 

 

 

 

 

Autour de la planteuse à pommes de terre, on était nombreux. Cette machine ancienne n’en reste pas moins très efficace et pratique. En moins d’une heure et demi, avec Mathilde en stage, mon père, et deux petits neveux ravis de graviter autour et sur le tracteur, on a planté presque 100kg de plants. 18 rangs de 50m ! Ya plus qu’à attendre que ça pousse, avec s’il vous plait, une année pas trop sèche, mais pas trop humide non plus. Oui en agriculture, on n’est jamais content du temps 😉

 

 

 

 

 

Dans le champs, il y a les premières laitues et courgettes, des fèves et des petits pois, sous voile pour les protéger du froid, des lapins et des pigeons qui raffolent de ces jeunes pousses toutes tendres.

De beaux oignons et de belles échalottes sont aussi en place. Là, je prépare déjà les paniers de l’hiver prochain ;-).

 

 

 

 

 

 

Cette année je teste deux types d’oignons : en bulbilles- on plante un mini oignon qui donne un gros oignon- et en semis -on fait un plant d’oignon à partir de la graine, qu’on plante et qui donne un oignon. Il paraitrait que les oignons de semis c’est un peu plus de travail, mais le rendement est vraiment meilleur. A voir !

 

 

 

 

 

 

 

Dans la serre, c’est déjà presque rempli. Il y a :

  • – un tiers avec les légumes à protéines : pois et haricots à rame, fèves…
  • – un tiers avec les légumes d’été, tomates, poivrons, aubergines, concombres…
  • – un tiers avec les légumes primeurs (brocolis, carottes, betteraves, navets, pommes de terre, laitues, épinards…) et les plants de poireaux (photo ci-contre).

 

 

 

 

 

Les courges, potirons et potimarrons ont été semés. Il y a plus de 25 variétés prévues alors comme chaque année, petit casse-tête pour trier les paquets et faire les semis sans s’emmêler les pinceaux! Avec tout ça aussi, je prépare les paniers de l’hiver prochain.

 

 

 

 

Après deux ans à essayer de faire du plant de patates douces sans succès, j’ai fini par me décider à en acheter. Ci-contre l’essai infructueux de cette année : les morceaux n’ont pas du tout germé, mais pourri sur place… Grâce à un collègue qui a pris le taureau par les cornes, on s’est groupé et on a commandé 1000 plants (c’est très dur à trouver et ça ne se vend qu’en grande quantité!!!). J’espère qu’on va les recevoir !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emerveillement ou simple fierté injustifiée, toujours est-il que je m’extasie un peu plus chaque année de l’évolution de la biodiversité sur le terrain. Dans la serre, on ne peut pas faire un pas sans voir un crapaud sauter. Quand on plante, on déterre toutes sortes de vers, carabes, et un microfaune dans le sol qu’on est pas toujours sur ce connaitre. On dérange les tritons quand on déplie les bâches et l’étang, bien que sa bâche soit en mauvais état, grouille de têtards de grenouilles ou de larves de libellules. On sauve les hérissons coincés dans le grillage du jardin et le fait d’habiter sur place me permet de répertorier encore mieux les espèces d’oiseaux qui occupent ou passent sur le terrain. Geai des chênes, pic-verts, accenteurs, mésanges en tous genres, moineaux, serins, rouge gorge, troglodytes, bergeronnettes…

 

 

 

Et pour la première fois cette année, j’ai vu un machaon adulte (voir photo) !!! J’avais déjà vu plusieurs fois sa chenille rigolote qui mange les feuilles des plantes de la famille de la carotte et arbore deux cornes oranges quand on a dérange (regardez sur Internet, c’est assez impressionnant), mais je n’avais jamais vu ce magnifique papillon coloré en vrai ! Très contente!!

 

 

TRACTEURRRRRR ?!

Je suis toujours en réflexion concernant l’achat d’un nouveau tracteur. J’ai trouvé LE modèle qui conviendrait !!! Les activités reprenant, ce n’est pas évident de s’atteler à la stratégie de financement sérieusement. Et puis les deux vieux coucous, les températures remontant se sont racheté une conduite. J’ai fait quelques mini travaux et ils ont l’air repartis. Pour l’instant. N’empêche que j’ai toujours l’intention de les changer. Si j’arrive à bien les revendre, quel confort de travail et quelle efficacité je vais gagner avec un tracteur qui démarre à tous les coups, qui est capable de porter plus de 500kg et qui ne perd pas d’huile à tout bout de champs (c’est le cas de le dire eheh).

 

 

 

J’en ai parlé autour de moi, ils ont encore de la valeur. Après tout ce ne sont pas des épaves, ils tournent tous les deux, c’est juste qu’ils ont besoin de quelqu’un qui s’y connait bien en mécanique pour faire les quelques travaux nécessaires à les remettre sur les rails. De mon côté, j’ai peur de trop attendre, et qu’ils finissent par avoir un problème que je ne suis pas capable de régler moi-même, et qui m’empêcherai de bien les revendre. Allé il faut que je prenne le temps m’occuper de ça avant l’été. Dans l’idée, sur les 22 000€ que coute ce joli petit tracteur, je voudrai avoir : 6000 ou 7000€ de la revente des tracteurs, 10 000 euros de prêt, et 5000 euros de financement participatif. Je vais donc certainement vous solliciter à ce sujet prochainement ;-).

 

 

 

 

 

 

Reportage : Images du moment

Exif_JPEG_420

Sur le terrain, ça pousse et ça bouge de partout, en suivant, comme chaque années, les caprices du climat. Cette année, on a eu un mois et demi sans pluie, et là depuis 10 jours, il pleut toutes les nuits, à seaux… Y drache comme on dit chez nous. Le champs est bien drainant heureusement et la terre arrive à encaisser tout cela.

Côté serre, les tomates se développent tranquillement. Les ficelles bien posées, les tomates bien plantées, et le tour est joué pendant les ateliers d’Avril! Les premières fleurs sont déjà là, on se régale d’avance.

 

 

 

 

Exif_JPEG_420

Toujours dans le tunnel pour le printemps, il y a des petits pois et des haricots à rame plantés pendant la semaine plantation d’Avril qui commencent à donner. Beau boulot!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exif_JPEG_420

Il y a aussi des petits plants de poireaux, qui feront bientôt le grand saut en plein champs. je leur en parle tous les jours pour les préparer psychologiquement 😉 !

 

 

 

 

 

 

 

 

Exif_JPEG_420

La Pépinière n’est jamais aussi remplie qu’au mois de Mai. Les courges, les céleris, le maïs doux, les haricots et pois à rame prennent une place folle et se succèdent. A peine l’un est planté dans le tunnel ou en plein champs, aussitôt un autre le remplace. Je pense à racheter des tablettes pour continuer de travailler à hauteur. C’est mieux pour le dos, et aussi pour les plantes car sur les tablettes, on contrôle mieux l’arrosage et l’enracinement.

 

 

 

 

 

 

Exif_JPEG_420

Dehors, ça se remplit. Les courges sont enfin plantées, sur leurs belles bâches. Bâches retirées avec soin et délicatesse à l’atelier de Février ;-)! Si le ciel pouvait éviter une tempête de vent pendant un mois, le temps que les courges poussent, ce serait top! Et oui, en fin de culture on a un mal fou à les enlever ces bâches, mais en début de culture, on galère à les faire tenir !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exif_JPEG_420

Les buttes à carottes sont montées et je fais des faux semis = préparer le sol comme si on allait semer, pour faire lever les adventices puis les détruire pour épuiser le stock de semences d’adventices avant le semis de la culture souhaitée. Je « brule » les adventices à un stade très jeune et ça divise le temps de désherbage ensuite et les carottes, très sensibles à la concurrence, sont plus belles.

 

 

 

 

 

 

 

Exif_JPEG_420

Non loin de là, les oignons plantés en Mars font de leur mieux !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exif_JPEG_420

Ettttt les premières courgettes plantées mi-Avril ont tenu le choc des gelées printanières, bien au chaud sous leur voile. Les fruits ne devraient pas tarder ;-)!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exif_JPEG_420

Ah oui j’oubliais, les petits poussins de cette année sont arrivés début Mai. Ils profitent déjà d’un petit extérieur ;-).

 

 

 

 

 

 

Nouvelles Novembre 2017

DSCN3265

 » Bilan de la saison écoulée et perspectives »

Joli titre n’est ce pas ? Ca fait maintenant 1 an que le nouveau tunnel est monté, et la faune locale a pris ses marques, à l’instar de cette jolie mésange bleue qui, en ce début Novembre, se régalait d’insectes divers et de reste de fruits dans les allées de tomates en fin de vie.

 

 

 

Ce printemps 2017 a été particulièrement éprouvant pour moi. La sécheresse a engendré beaucoup plus de travail pour l’arrosage et j’étais perplexe quant au résultat mais… en fait ça en valait la peine ! La belle arrière-saison n’a pas plu à certains légumes, comme les épinards, les mâches ou les chinois, qui affectionnent plutôt le frais et la pluie. Je suis donc contente depuis quelques jours de ressortir les bottes et les vêtements de pluie  !

 

Quels légumes dans les paniers cet hiver ?

Les récoltes d’automnes ont déjà  commencé :

DSCN3263Les courges, récoltées en grand comité lors du chantier d’Octobre sont aussi nombreuses que l’année dernière, et saines. Il y en aura dans quasiment tous les paniers jusqu’en Février. Potimarrons, courges olive, courge spaghetti, Jack be little, Patidou… 28 Variétés différentes ont donné sur le terrain, alors si vous voulez savoir qui vous allez manger, n’hésitez pas à me demander lors de la distribution ou à consulter cette page.

 

 

 

– Belle récolte pour les oignons et les échalotes. Et après 5 années de culture d’ail de conservation infructueuses, j’ai arrêté de m’acharner : pas d’ail cette année.

2T de pommes de terre en tous genres (c’est bien!). Pour frites et purées : Désirée, grosse rouge ; Pour cuisson vapeur et à  l’eau : Cheyenne grosse rouge, Ditta, grosse jaune, et Anoé, petite jaune.

 

Les récoltes d’automnes à  venir :

Les betteraves rouges, belles, comme d’habitude.

DSCN3276Les céleris, très beaux mais dont la récolte s’annonce difficile. En effet, j’ai essayé de les cultiver sur une toile tissée, le désherbage étant particulièrement chronophage et influent sur le rendement. Ca a été très efficace, tellement efficace que certains céleris sont plus gros que les trous que j’avais fait ! J’avais choisi la dimension du trou en me basant sur les plus gros céleris obtenus les années précédentes… Il va falloir couper les feuilles, enlever la bâche en libérant ceux qui y sont coincés… La rançon du succès !

Les navets sont petits, mais beaux. IIs ont encore quelques semaines pour pousser avant les grosses gelées

Les carottes sont bien. C’est encore trop tôt pour juger du résultat, mais je suis optimiste.

Les choux pommés rouges, blancs, frisés sont très beaux, même trop en avance. J’en ai rentré certains plus tôt que d’habitude car ils ont commencé à éclater. Je n’ai jamais eu un beau parc de choux comme ça ! Il y a une majorité de choux rouges, à votre demande lors du sondage de 2016 !

Ils resteront sur le champs tout l’hiver :

Les choux de Bruxelles sont grands et forts. A voir ce que vont donner les pommes dans les semaines à venir.

Les panais, salsifis, topinambours sont là, ras pour l’instant de ce côté. Le challenge sera de les protéger des rongeurs cet hiver.

Les poireaux sont magnifiques! La plantation tôt, à la planteuse, l’arrosage, le buttage au tracteur… 4 changements dans mon itinéraires cultural (volontaires ou non d’ailleurs) qui leur ont vraiment profité.

Reste à s’assurer que la mouche mineuse ne leur porte pas préjudice. Il s’agit d’une petite mouche qui pond ses œufs sur les feuilles, la larve qui en sort descend jusqu’aux racines, creusant un trou qui le fait pourrir pendant l’hiver. A suivre !

Du côté du frais, ça se prépare :

DSCN3267Dehors, il y a encore des laitues, des choux chinois, de la mâche, des épinards et des chicorées qui vont aller loin si le temps reste doux.

Dans la serre, les petites gourmandises d’hiver se préparent : radis, mâche, épinards, pourpier, mizuna, naménia, roquette…

 

 

 

 

Les partenariats !

Je suis RAVIE que les partenariats avec Fred, le boulanger, Amandine et Pierre, les arboriculteurs, et David le producteur de viande continuent et se sont consolidés par des contrats. D’une part, je trouve ça super de les croiser, ça rend la distribution encore plus conviviale, d’autre part, j’en profite moi aussi pour prendre des contrats = soutenir un producteur local, bien manger… UN GRAND MERCI aux amapiens qui gèrent ces partenariats, sans eux, ce ne serait pas possible !

Du côté des animaux

DSCN3098Valentin a pris grand soin des abeilles pour les aider à démarrer l’hiver. La plupart des ruches sont fortes. Avec la belle arrière-saison, ça bouge encore un peu.

Mes deux lots de poules vont bien. Les vieilles ont franchement ralenti la ponte (moins de 30 œufs/jour pour 100 poules!), les jeunes viennent de démarrer. Lorsque les secondes dépasseront les premières. Je vous proposerai comme chaque année de les acheter, soit vivantes pour votre jardin (elles vont recommencer à pondre d’ici 2 mois), soit prêtes à cuire.

 

 

Des projets pour cet hiver ?

Lorsque les récoltes seront terminées, les projets ne manquent pas. En plus des habituels révisions et remisages d’outils, la maison avance, on pense réussir à tenir notre objectif d’installation entre Février et Avril. ON A HATE !

Pour la ferme, j’ai 36 idées différentes qui devront se hiérarchiser comme ça :

– Installation d’un quinzaine de pieds de Kiwi pour allier l’utile à l’agréable dans l’allée de la maison.

– Mise en place d’un clôture de 200m dans le champs du bout pour pouvoir y mettre les poules et les chevaux à brouter en sécurité.

– Remise en ordre et étoffement du parc de groseilliers et framboisiers, maintenant que les gros travaux liés aux investissements sont passés. J’aimerai aussi travailler sur les fraisiers, mais pas sûr que j’aurai le temps.

– …

Nouvelles, Juillet 2017

DSCN3110

Drôle de temps non ?

Vous l’aurez remarqué, il a fait chaud et beau. Sur le terrain, je n’ai pas eu de vrai belle-pluie-qui-mouille depuis le 18 Avril… Par contre il pleut des chats puisque c’est finalement 4 chatons que j’ai retrouvé dans mon hangar… Deux on trouvé une famille, donc n’hésitez pas à venir les voir, je donne ces petites boules de poils car j’ai déjà deux minettes.

Parenthèse à part, avec cette sécheresse, j’ai dû adapter toutes mes techniques suite aux ratés en début de saison, quand on croyait encore qu’il allait bien finir par pleuvoir.

Le sol est sec, sec et sec. Pas question de le travailler, ça fait de la poussière et ça dégrade sa structure. Pas question de repiquer des plants ou de semer dans un sol plein de gros blocs. L’arrosage doit donc être anticipé pour toutes les actions. Avant et après.

L’avantage, c’est qu’on maitrise tout. Enfin on maitrise l’eau que le sol reçoit au millimètre près, pas les lapins qui sautent sur la moindre feuille de choux qui dépasse du voile qui les protège. Les endives ont besoin de 20mm d’eau pour lever ? Ok je mets ça ! (Et ça marche).  J’ai besoin de 15mm d’eau pour mon faux semis avant de semer mes carottes dans 5 jours ? Ok allons-y!!! J’ai pas le temps de désherber les poireaux ? Ok j’arrose pas, ça ne poussera pas !

Le désavantage c’est… Que faire la pluie et le beau temps, ça demande deux fois plus de boulot ! Tant que dans le nouveau tunnel, niveau arrosage, je suis au top, mais dans le champs, je ne suis pas très bien équipée. Je n’ai qu’un petit arroseur asperseur circulaire sur pied que je bouge toutes les 3heures. Pour arroser toute la partie extérieure, il me faut 1 semaine environ si je tourne 14h sur 24. Et ce n’est pas hyper régulier. Et comme je ne suis pas (encore) sur place, je n’arrose que la journée, ce qui n’est pas logique. L’arrosage est beaucoup plus efficace la nuit…

DSCN3097

Le pire, c’est encore de bouger les tuyaux d’une partie à l’autre du champs. C’est lourd, car la partie la plus éloignée est à environ 250m alors je suis obligée de partir sur du gros diamètre sinon à 250m il n’y a plus assez de débit. Ca coince toujours quelque part, il faut faire attention à ne pas rouler dessus avec le tracteur…  Et il faut aussi gérer les fuites tout le long de la ligne.

Bref, Chaleur+Eau = les légumes se portent super bien, et moi, je m’adapte, et je réfléchis à l’installation d’un réseau enterré qui amènerai l’eau avec du débit, sans fuite, sans tuyau à bouger, au coin de chacune de mes parcelles. Histoire de n’avoir qu’une petite vanne à ouvrir et un petit tuyau à déployer pour arroser.

Je n’oserai pas me plaindre, je suis bien chanceuse d’avoir de l’eau quasi gratuite du forage et franchement, les légumes sont très beaux ! C’est le côté sympa du métier : on ne s’ennuie jamais car aucune année ne ressemble à la précédente, et quand on croit avoir trouvé une routine, hop hop hop il faut encore chercher des solutions !

Du côté des légumes

Dans le tunnel

– Les tomates donnent déjà comme un 15 Aout, et j’espère que cette précocité ne pénalisera pas les récoltes de fin de saison. Malgré les chaleurs, elles montrent un peu de mildiou que je traite avec des infusions de sauge. Ca doit être à cause du tunnel, qui est plus étanche et donc plus humide que la serre où j’étais avant. Le matin, il y a toujours du brouillard à l’intérieur malgré l’ouverture programmé des fenêtres.  Elles ont aussi eu beaucoup de « Cul noir » (voir ci-contre).

– Les aubergines sont attaquées par de l’araignée rouge (un petit acarien qui suce la sève). A voir.

– Les poivrons sur grillage – superbement installés lors du chantier d’Avril- n’ont jamais été aussi beaux ! Eux ils apprécient le sol du tunnel, et cette nouvelle technique de tuteurage !

DSCN3087DSCN3086DSCN3090DSCN3088

Dehors- Pour cet été :

-Les courgettes et concombres aiment la chaleur et les pollinisateurs qui l’accompagnent.

– Plein de petites choses poussent plus ponctuellement : des laitues, des fenouils, des radis, des carottes et des betteraves pour faire de la botte, des blettes, des haricots verts et beurres…

DSCN3067DSCN3077

Dehors – pour cet automne/hiver

Mes plants de poireaux ont été repiqués tôt avec la planteuse « superprefer » (Que Benoit, Romuald et Laurent ont testé au chantier de Juin eheh) que Patrick Ruhant, le maraicher voisin de l’AMAP Lomme de Terre m’avait prêté. Un régal d’efficacité, d’ergonomie et de solidité (car c’est un vieille machine, mon grand père avait la même!).

Les courges, potiron, potimarron sont bien développés, reste à voir la croissance des fruits.

Les premiers semis de carottes, endives, salsifis, panais ont bien levé. Le moment crucial de gestion du désherbage, c’est maintenant, allé Agnès au boulot !

Les pommes de terre, avec ces conditions climatiques, sont loin de souffrir du mildiou (ouf). Plusieurs collègues ont eu des foyers de Doryphores. Je croise les doigts, mais je passe régulièrement dans mes parcelles et n’en ai pas encore vu. La récolte des pommes de terre hâtives va bientôt avoir lieu, elles laisseront la place aux navets.

Les choux rouges/blancs/frisés sont beaux. J’espère juste qu’ils ne seront pas trop en avance.

J’ai planté les céleris sur toile tissée cette année pour me faciliter le désherbage et j’ai bien fait : la toile garde l’humidité et comme le céleri a besoin de beaucoup d’eau, chaque arrosage a un double effet.

Les oignons et les échalotes ne sont pas très gros à cause du manque d’eau, mais sains. A voir à la récolte qui sera certainement avancée à fin juillet au lieu de fin aout.

DSCN3073DSCN3068DSCN3078DSCN3069

Les poules, les abeilles

Les poules sont en grève permanente. Elles donné plus que prévu de Décembre à Avril, et depuis ça ne fait que baisser alors que ça devrait être le pic de production. Je ne sais pas trop quoi faire. Pourtant elles sont chouchoutées, elles n’ont pas de puces, elles ont de la place et un aliment complet. Bio. Pour l’instant le nombre d’œufs « payé » correspond, mais si ça continue de baisser, je ne saurai pas respecter ce qui a été prévu. J’ai peut-être mal choisi mes races en voulant faire trop « local ». Affaire à suivre aussi.

 

Les poussins femelles achetés au mois de Mai ont bien grandi. Sur 120 achetés, seulement 2 pertes ! Exceptionnel ! Je vais surement en vendre car mes installations sont dimensionnées pour 100 poules seulement. J’avais aussi acheté 15 poussins mâles de race Ardoise pour faire quelques poulets pour la famille (pour essayer). A 2 mois, ils sont ENORMES ! Ils font déjà plus de 1.5kg !

Je stresse un peu pour tout ce petit monde avec la grippe aviaire qui est réapparu dans la région. Si les mesures de confinement sont prises, je ne sais pas comment je vais faire. En Bio, on n’a ni le droit, ni les installations pour rentrer tout le cheptel. D’autant plus qu’on a énormément de mal à avoir des informations fiables… La Direction Départementale de Protection de Population (DDPP) qui gère ce genre de crise ne pourrait-elle pas nous envoyer des infos ? Existe-t-il un portail sur lequel on est sûr de trouver les données mises à jour ? Pas que je sache. C’est à nous d’appeler, de chercher dans les articles de presse et sur Internet pour essayer de se rassurer.

Les abeilles se portent bien. On est passé de 10 à 18 ruches. Valentin a privilégié l’augmentation de son cheptel à la production de miel. Au lieu de laisser les ruches grossir en population et faire du miel, il les divise et élève de nouvelles reines pour créer de nouvelles colonies. Du coup on n’a fait « que » 60 kg sur récolte de printemps. Proportionnellement au nombre de ruches, ce n’est pas beaucoup, mais c’est en fait déjà plus que la somme des deux récoltes de 2016. Il gère ;-). On verra en fonction du temps, si une deuxième récolte s’annonce en Aout. Quoi qu’il en soit, le miel est en vente !

DSCN3079DSCN3098DSCN3094

 

Nouvelles, Mai 2017

IMG_0041Pas le temps de faire une feuille imprimée, mais une flopée de photos sera tout aussi parlante!

Sous notre regard attentif, les 120 pioup grandissent dans leur poulailler fraichement remis à neuf (Voir article). Maya veille à ce qu’ils restent groupés, Kiki veille à vider les mangeoires, et moi… Je veille à l’harmonie de l’ensemble (Avec mon pèrebien sur) ;-)! Elles sont arrivées le 10 Mai et commençeront à pondre fin Octobre pour remplacer les cocottes qui pondent actuellement. 70%de races pondeuses, 30% de races mieux en chaire, en accord avec le mini sondage.

 

 

 

 

Dans le tunnel, pour bientôt…

 

IMG_0070

Il y a des petits oignons, des carottes, des betteraves rouges et des pommes de terre hâtives….

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0075

 

Et des fèves, actuellement en pleine collaboration avec les abeilles.

Le désherbage a été vraiment compliqué pour les cutures de printemps dans le tunnel. C’est la première année que je cultive là et certaines adventices présentes sont vraiment difficile à gérer. Chiendent, Rumex et renoncule rampante particulièrement. Heureusement, cette année, mes deux stagiaires motivés m’ont aidé et on s’en est sorti!

Il faut que je sois particulièrement attentive pendant un an ou deux, et ça devrait devenir maitrisable.

 

 

 

 

IMG_0076

 

Pour un peu plus tard, mais ma fois en très bel état, il y a la luxuriante forêt de haricots et de pois. Leur croissance est particulièrement impressionnante grâce à la bonne terre que 5 années de friche et deux années de luzerne ont donné à cette parcelle.

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0068

 

Il y a aussi les trés attendus et bichonnés tomates, poivrons, concombres et aubergines. Avis à ceux qui sont venus en Avril m’aider à planter les poivrons et aubergines : beau boulot ;-)!

 

 

 

 

 

 

 

 

Dehors

IMG_0057Il n’a pour ainsi dire pas plu de mi-Mars au 18 Mai! Je ne suis pas équipée pour arroser en routine dehors , donc ça ma donné le double de travail : un sol difficile à travailler, les rampes d’arrosage à bouger, les allers-retours pour ouvrir, éteindre l’eau, le débit quasi inexistant en bout de parcelle…

Pour ne rien arranger, la pompe du forage de mon voisin est tombée en panne. Il a fallut une dizaine de jours pour réparer, et donc en attendant arroser avec l’eau (payante) du réseau urbain. Cool. Bon heureusement que j’avais prévu cette solution de secours sinon c’était la catastrophe. Les seuls à avoir vraiment souffert sont les choux-fleurs de printemps. Plus de 70% de perte.

 

 

 

IMG_0059Le reste a pris un peu de retard, mais a fait des racines, comme par exemple :

-Pommes de terre

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0063

 

-Laitues, le légume de printemps par excellence, sous voile car les pigeons et les lapins aiment aussi le Bio.

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0062

 

-Premiers plants de courgettes que j’ai bien protégé des gelées matinales de début Mai et qui n’ont pas souffert.

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0052

 

-Et les superbes oignons et échalotes repiqués lors du chantier de Mars !

Maintenant il va falloir gérer la désherbage parce qu’avec la grosse pluie dans la nuit du 18 Mai, les adventices vont s’en donner à coeur joie!

 

 

 

 

 

Et ailleurs…

IMG_0067

 

Dans la pépinière c’est archi-plein! La saison des gros repiquages est lancée : courges, céleris, épinards ont été mis cette semaine. Des laitues, des haricots, des courgettes, des concombres à venir.

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0066

 

Mon petit jardin d’aromatiques sur paille prend forme et je l’étoffe encore. J’espère pouvoir vous mettre du libre service tout l’été : menthe, romarin, sauge, estragon, thym, persil…

 

 

 

 

 

 

IMG_0055

 

Et les petites améliorations quotidiennes se multiplient à droite à gauche (Merci Nathalie pour les roues et mon père pour la réalisation !)