Juin 2020 – Le yoyo

A regarder de loin, pas de changement majeur sur la ferme pour ce printemps 2020. Et pourtant, derrière les herbes folles, des évolutions se déroulent tranquillement…

Je ne vous cache pas que la météo yoyo est compliquée. D’où le nom de l’article ;-). Sur le terrain, il y a eu des températures basses assez tardivement, pas ou très peu de pluie pendant presque 2 mois, et finalement la semaine dernière, des orages qui ont apporté plus de 30mm de pluie en moins de deux heures. Ca a créé une croute de battance (voir photo) et reprendre le sol derrière ça, c’est compliqué. Le sol est difficile à travailler, les semis sont capricieux, soit trop secs, soit inondés, les plants, malgré l’arrosage ont parfois peiné à reprendre. Heureusement que j’avais mis en place mon réseau d’irrigation cet hiver, et que mes parcelles sont plutôt bien drainées !!!

 

 

Les prochains paniers, et pour cet été

Je peux enfin vous dire que les légumes d’été arrivent ! Les tomates sont vertes mais sont là. Les rendements de cet été devraient être beaux. Elles sont tellement lourdes que j’ai du renforcer les chaines qui tiennent les câbles de supports.Les poivrons et les aubergines nous feront attendre un peu, mais sont beaux et bien poussant.

 

 

 

 

 

Les groseilliers vont enfin remplir leur rôle. D’ici deux semaines, vous en aurez probablement dans les paniers. Je n’ai pas le temps de récolter les fragiles framboises, mais je vais prendre le temps de faire les groseilliers, plus souple sur la date de récolte et plus rapides à récolter. Ils commencent à rougir alors j’ai posé un filet car ils plaisent aux merles.

 

 

 

 

Les courgettes et les concombres, à l’intérieur et à l’extérieur commencent à donner. J’ai du retard sur les courgettes car ma première série, que je prends toujours le risque de repiquer dehors AVANT les Saints de Glace a pris un coup de gel. On ne peut pas gagner à tous les coups…

 

 

 

 

Les planches de salades se remplissent d’un côté de petits plants, pendant que d’autres sont récoltées de l’autre côté. Objectif : vous en mettre dans presque tous les paniers.

J’ai mis le paquet et des soins intensifs sur deux belles planches de choux fleurs et Brocolis. J’espère que les résultats seront probants car ces plantes n’aiment pas tellement la chaleur et le sec qu’on a eu ce printemps

Des pois et des fèves ont été semés à l’extérieur. C’est plutôt beau et ça devrait vous apporter prochainement quelques doses de protéines végétales .

Il y a aussi des haricots dedans, qui donnent en ce moment, et des haricots dehors, qui donneront cet été.

 

Pour cet hiver

Les planches de choux pommés et choux de Bruxelles se remplissent progressivement. Sur bâche il y aura un peu de désherbage mais surtout prêter attention aux insectes, notamment la piéride du chou – sisi vous savez ce joli papillon blanc avec des tâches noires ! – dont la chenille, très jolie elle aussi n’en est pas moins un ravageur très voraces qui arrive en groupe nombreux

 

Les betteraves rouges sont levées. Elles ont subi les 35mm de pluie de cette semaine, elles en ont pris plein les cotylédons, pour ne pas dire plein la tête !

Les cotylédons, ce sont les deux premières petites feuilles qui apparaissent quand une graine germe. Des « supers-feuilles » de structure simple mais efficace qui permettent au plant de démarrer). J’attend que le sol sèche pour désherber et réaérer un peu.

 

 

 

Les céleris ont changé d’écartement cette année. J’en ai eu marre de n’avoir que des petits céleris, car c’est long à récolter et je pense que pour vous, au moment de l’épluchage, il y a pas mal de pertes. J’ai remarqué qu’ils étaient très sensibles à la concurrence, même entre eux. En gros j’ai fait des essais, et plus on les écarte, plus ils sont gros. Logique. J’ai donc planté deux fois moins de plants, qui devraient être deux fois plus gros.

Les courges, repiquées pendant la « semaine atelier » sont belles. Quasiment aucune perte de plant. Elles sont dans un endroit de la parcelle plutôt abrité du vent, donc les problèmes que j’ai pu avoir il y a deux ans de bâches envolées ne devraient pas se reproduire. On a fait un beau désherbage avec mes stagiaires et 3 amapiens, elles couvriront ensuite la surface, ce qui suffira à maintenir les bâches.

 

 

 

 

 

La culture des 70 patates douces plantées l’année dernière m’a plu, et le résultat associé vous a plu aussi je pense. J’ai donc renouvelé la chose, mais cette année avec 250 plants. Les plants ont du mal à reprendre car la patate douce aime l’eau et malgré mes arrosages, c’était compliqué. Affaire à suivre. J’ai bon espoir car je vois de petites feuilles bien vertes pointer sur tous les plants.

 

 

 

 

Les pommes de terre sont saines pour l’instant. Bien désherbées pendant la semaine atelier, elles ont commencé à fleurir et je surveille les doryphores.

 

 

 

 

 

Les maïs plantés au même moment ont déjà bien grandi. Ils mesurent déjà quasiment un Kiki complet, comme le prouve la photo, bravo aux planteurs 😉

 

 

 

 

 

Les semis d’endives ont été compliqués. Sol difficile à affiner car très sec, levée irrégulière, enherbement à cause de l’arrosage… La chti bine a tourné mais ce n’est pas encore gagné.

Idem pour les semis de panais, que je n’ai même pas essayé de sauver… Les adventices faisaient 30cm de haut alors que des panais de 2cm se baladaient à raison d’un panais tous les 80cm… Pas la peine de s’acharner, autant recommencer. C’est compliqué les panais, et cette année, j’ai essayé d’en faire du plant pour 1/3 de ma production. Ca ne se fait pas vraiment, mais je viens de les repiquer, et je suis pour l’instant plutôt contente : la racine à l’intérieur ne semble pas avoir fourché et les plants ont belle allure (photo). A voir cet hiver !!!

 

 

 

J’ai fait la même chose avec les salsifis, affaire à suivre !

 

 

 

 

 

 

Deux grosses implantations à venir

  •  Mes plants de poireaux tout petits cette année me donnent des sueurs froides. Pourquoi ils ne veulent pas pousser ? J’ai tout fait comme d’habitude, ils ont été bien désherbés, et, alors que les années précédentes, j’étais obligée de les couper une fois en Mai car ils étaient trop grands et me presser de les planter début Juin, cette année, ils sont là, pas moches moches, mais vraiment pas très volontaires… Je soupçonne qu’ils aient été implantés à l’emplacement même d’une allée de tomates de l’année dernière. Si je n’ai pas assez travaillé le sol, il peut être tassé. J’ai fais deux purins d’orties pour essayer de les booster, et pour assurer le coup, je pense que je vais essayer d’acheter quelques milliers de plants si je trouve un collègue qui a du surplus. Ça sera un petit surcout, mais pas question de rater les poireaux !
  • Les zones de semis de carottes ont été préparées mi-mai avec la mise en place des buttes et un désherbage thermique, mais les adventices en présence sont des plantes qui ne craignent pas ce type de désherbage car elles savent repartir soit d’en dessous de leur collet (comme la panic Pied-de-coq), soit de leurs racines (comme le chardon).

 

La Chtibine ???

Elle trouve tranquillement sa place dans la ferme. Elle fonctionne, et pour cette année, je ne ferai pas de nouvelles modifications (les panneaux solaires, ce sera pour l’année prochaine). Je teste les tâches pour lesquelles ca vaut le coup de l’utiliser, et celles pour lesquelles le fait de la sortir et la préparer fait perdre trop de temps. J’ai notamment créé un support pour poser mes désherbeurs thermiques et c’est top !!! Au lieu de passer dans les rangs avec une bouteille de 13kg sur le dos, je passe au dessus des planches avec 4 bouteilles sur la chtibine. Temps passé divisé par 4, pénibilité divisée par … beaucoup !

 

 

Le jardin d’aromatiques

Depuis deux ans, j’implante des aromatiques sur le terrain. Au début, je m’occupais plutôt de leur côté mellifère et décoratif, mais depuis cette année, j’ai commencé à m’y intéresser pour les faire sécher. Avec le confinement, je n’ai pas pu vous mettre d’aromatiques en libre service, et j’ai donc fait sécher mon persil. J’ai trouvé des clayettes grillagées tout à fait adaptées pour ça et j’ai donc prolongé l’expérience avec d’autres plantes sur le terrain. Menthe, thym, romarin, mélisse, mais aussi fleurs de sureau, d’aubépine, sauge, marjolaine et laurier. Je vous les proposerai probablement à l’automne dans de jolis petits sachets pour une vente ponctuelle. Pour l’instant je fais sécher, et je m’occuperai du conditionnement quand la saison se sera calmée.

J’ai donc aussi agrandit la diversité, pour essayer, avec de l’hysope, de la valériane, de la mauve, de la sariette vivace, de l’agastache. Je vais les sécher et servir de cobaye avant de vous les proposer, mais en tout cas, c’est joli et ça sent bon ;-). J’ai pour projet d’en ajouter d’autres, mais ce sera pour l’année prochaine !