Aout 2020 : Ca a chauffé !

Enfin un peu de frais !!!

Voici quelques nouvelles au retour des vacances reposantes. Sur le terrain, pour la première fois cette année, j’ai l’impression de gérer à peu près les choses. Le désherbage est maitrisé dans l’ensemble bien que la pluie ait réveillé les adventices pendant ma semaine de vacances et que j’ai de nouveau du pain sur la planche. Il n’y a que les poules qui me font tourner bourrique à sans cesse trouver des passages à travers la clôture par-dessus, par-dessous, au travers… Il y en a même une, qu’on a appelée Grisette, qui se prend pour un équidé et qui fait régulièrement tourner bourrique la vraie bourrique de la ferme !

 

 

 

 

 

 

Qu’est ce qui s’est passé avec les tomates ?

Si je le savais avec certitude 😉 !

Les tomates étaient en abondance début Aout. Elles ont toutes muries d’un coup, et vous en avez donc reçues certaines … un peu, voire beaucoup trop mures… J’espère que vous avez pu en profiter et que ce n’était pas de trop.  Je n’ai jamais eu de telles productions avec 300kg puis 350kg. A cause du printemps doux certainement, les premiers bouquets de fleurs ont très très bien marché !!! Reste à voir ce que cela va donner pour la suite car ces grosses tomates ont pompé pas mal d’énergie aux pieds et les bouquets suivants sont moins garnis. Ne comptez plus sur de telles productions 😉.

Vous aurez peut-être aussi remarqué des parties jaunes, dures, pas mures surtout au-dessus du fruit. Ce sont des coups de soleil. Si un été comme ça se reproduit l’année prochaine, je blanchirai les bâches du tunnel à la chaux au-dessus des légumes sensibles pour essayer de limiter cela car c’était déjà arrivé auparavant.

 

 

 

Et quoi d’autre dans les paniers ?

Du côté des autres légumes d’été ça va le faire. Les poivrons et les aubergines sont bien. Les aubergines sont un peu attaquées par l’araignée rouge (un petit acarien suceur de sève) mais elles vont produire quand même.

Dehors, ce sont les concombres et surtout les courgettes qui seront au rdv chaque semaine. A noter sur les concombres : certains sont amères à cause de la chaleur. Surtout ceux qui sont un peu blancs. Pour éviter cela, bien les éplucher. L’amertume est dans la peau!

Des séries de haricots vont donner chacune leur tour. Je vous les donne « sur pied » car ce sont des variétés dites « mécaniques » qui ne donnent qu’une seule fois. Ca me fait gagner beaucoup de temps de récolte puisque je tourne à 8 à 10kg/h en récolte classique et qu’il m’en faut au minimum 40kg pour remplir les paniers de tous (on s’était fixé minimum 800g pour les grands paniers…)

Il y aura quelques originaux plus ponctuellement : blettes, choux blancs pommés, fenouils, maïs…

Les laitues ne supportent pas trop la chaleur alors j’ai perdu quelques séries qui sont montées en fleur…

 

 

Prévisions pour les récoltes d’automne hiver : Pas trop vite oh !

  • Les planches de choux pommés et choux de Bruxelles sont remplies et j’ai arrosé du mieux que j’ai pu car ces légumes-là ne sont pas fans de sécheresse.
  • Les betteraves rouges sont superbes, les fortes pluies juste après la levée ne les ont pas défavorisées et un désherbage bien suivi donne deux belles planches.

  • Les céleris sont beaux sur leurs nouvelles bâches. Même traitement que les choux ; arrosage suivi lorsque nécessaire et je fais bien car les céleris de bout de champs, toujours moins bien arrosés que les autres ont eu des feuilles brulées par les chaleurs.

 

 

 

 

 

  • Les courges sont peut-être un peu trop en avance à mon gout, mais bon, on ne va pas se plaindre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les patates douces poussent bien aussi. Elles ont mis du temps à démarrer, mais depuis que j’ai installé le goutte à goutte, elles poussent à vue d’œil. Je surveille les rongeurs qui, bien protégés sous la toile tissée seraient tout à fait capables de les grignoter avant nous !

 

 

  • Les pommes de terre sont … prêtes à récolter ! Avec un mois d’avance. J’ai fait quelques prélèvements, elles sont saines, avec des calibres moyens. La sécheresse a du hâter la croissance et du coup, un seul passage contre les doryphores a suffi à s’en débarrasser (photo : la “récolte” de doryphores).

 

 

 

 

 

  • Les maïs sont très beaux. Ils dépassent la mesure de 5 ou 6 Kiki empilés (voir News de Juin ;-)). Idem je surveille les rongeurs qui s’en était fait un festin l’année dernière alors que la récolte était superbe!

 

 

 

 

 

  • Les semis d’endives, de panais et de salsifis vont finalement donner quelque chose. Le désherbage a été laborieux et il a fallu 4 passages, tantôt à la main en chtibine, tantôt avec le pousse-pousse pour obtenir une parcelle « propre ».

  • Les navets, radis noirs, daikons et rutabagas sont tout juste levés. Bien plus beaux que l’année dernière, mais il a falloir suivre le désherbage. J’ai bon espoir car rappelez- vous, l’année dernière, les trois semis de navets successifs n’avaient rien donné. Du tout.

 

 

 

 

 

  • Les oignons et les échalotes sont les seules cultures sur lesquelles je n’ai pas su gérer le désherbage. Ça avait pourtant bien commencé avec un bel atelier en… Juin ? Mais depuis… Je n’ai pas pris le temps de repasser et les choses se sont gâtées. Rien de catastrophique, les oignons avaient déjà bien eu le temps de pousser donc le rendement sera peu impacté, mais ce sera plus gênant pour la récolte qui aura lieu cette semaine.

  • Les plants de poireaux étaient, comme pressentis, trop petits. On a su les planter quand même, mais je les chouchoute pour leur faire gagner du temps. J’ai aussi racheté 1400 plants Bio pour compléter et assurer le coup. Pas question de passer un hiver avec des poireaux moches !

 

 

 

 

  • Enfin, les si importantes carottes ont enfin donné une levée correcte. Après deux tentatives. Mes faux semis des buttes de carottes au désherbeur thermique de printemps avaient ratés à cause de la panic et des chardons, cf newsletter de Juin, alors je suis repartie sur des planches à plat pour cette année. Maintenant je bagarre un peu contre les taupes qui accourent pour se régaler des petits vers qui ressortent sur les surfaces arrosées et qui déchaussent les jeunes plantules. Ce n’est jamais gagné mais c’est ça qui est drôle ! Sur la photo, un spécimen rare : je trouve tous les ans des carottes emmêlées ou torsadées, mais je n’avais jamais trouvé de carottes fusionnées !! La nature est impressionnante !

Carottes sur buttes VS carottes à plat ???

LE gros avantage, sur butte, est que la carotte, sensible au moindre changement de densité du sol, a grâce à la butte déjà plus de 20cm de sol meuble et fin, ce qui donne de plus longues et plus belles carottes. La récolte est aussi plus simple. Pourquoi je n’ai pas pu le faire cette année ? Sur butte, l’emprise au sol est plus importante car les rangs sont écartés de 65cm contre 30cm à plat. Il y a donc plus de surface à désherber, or ce désherbage ne peut se faire qu’à la main ou avec un désherbeur thermique. Pas question de passer un outil qui détruirait les buttes et déchausserait les carottes. Quand on plante sur butte, on a intérêt à avoir bien réussi ses faux-semis pour assurer un minimum de repousse de plantes non désirées.

Comme j’ai râté mes faux semis cette année, vous comprendrait pourquoi j’ai décidé de passer à plat. Cela m’a permis de passer au pousse-pousse entre les rangs, et ainsi assurer un désherbage rapide et ergonomique.

Car plus que tout, la carotte craint la concurrence…

 

Quelques découvertes entomologiques cette année !

Je ne sais pas si la biodiversité continue d’augmenter autour de la ferme, ou si c’est tout simplement que je ne regardais pas comme il fallait avant, mais je découvre chaque jour des insectes que je n’avais jamais vus avant !

Sirex Géant (qui s’attaque au bois sec)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bupreste du Genévrier (ou du Cyprés ?)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grosse sauterelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chenille non identifiée (si quelqu’un sait ce que c’est !!)