Archives de catégorie : Communications

Revues de Presse par Charles, Juin 2021

Voici quelques articles qui parlent de l’AMAP :

 

http://www.demainjeseraipaysan.fr/graines-agriculteurs/finaliste/agnes-kindt

http://www.fermedubeaupays.fr/article-une-maraichere-de-perenchies-va-remplir-les-paniers-frais-de-l-amap-de-la-lys-106494531.html

https://www.lavoixdunord.fr/618948/article/2019-07-29/avec-agnes-kindt-les-amapiens-de-la-lys-halluin-se-nourrissent-de-legumes-bio#&VP=0&VP=0

http://madame.lefigaro.fr/societe/le-plan-de-campagne-des-jeunes-agricultrices-210619-165663

https://www.reussir.fr/agnes-kindt-nourrir-les-autres-ca-du-sens

Aout 2020 : Ca a chauffé !

Enfin un peu de frais !!!

Voici quelques nouvelles au retour des vacances reposantes. Sur le terrain, pour la première fois cette année, j’ai l’impression de gérer à peu près les choses. Le désherbage est maitrisé dans l’ensemble bien que la pluie ait réveillé les adventices pendant ma semaine de vacances et que j’ai de nouveau du pain sur la planche. Il n’y a que les poules qui me font tourner bourrique à sans cesse trouver des passages à travers la clôture par-dessus, par-dessous, au travers… Il y en a même une, qu’on a appelée Grisette, qui se prend pour un équidé et qui fait régulièrement tourner bourrique la vraie bourrique de la ferme !

 

 

 

 

 

 

Qu’est ce qui s’est passé avec les tomates ?

Si je le savais avec certitude 😉 !

Les tomates étaient en abondance début Aout. Elles ont toutes muries d’un coup, et vous en avez donc reçues certaines … un peu, voire beaucoup trop mures… J’espère que vous avez pu en profiter et que ce n’était pas de trop.  Je n’ai jamais eu de telles productions avec 300kg puis 350kg. A cause du printemps doux certainement, les premiers bouquets de fleurs ont très très bien marché !!! Reste à voir ce que cela va donner pour la suite car ces grosses tomates ont pompé pas mal d’énergie aux pieds et les bouquets suivants sont moins garnis. Ne comptez plus sur de telles productions 😉.

Vous aurez peut-être aussi remarqué des parties jaunes, dures, pas mures surtout au-dessus du fruit. Ce sont des coups de soleil. Si un été comme ça se reproduit l’année prochaine, je blanchirai les bâches du tunnel à la chaux au-dessus des légumes sensibles pour essayer de limiter cela car c’était déjà arrivé auparavant.

 

 

 

Et quoi d’autre dans les paniers ?

Du côté des autres légumes d’été ça va le faire. Les poivrons et les aubergines sont bien. Les aubergines sont un peu attaquées par l’araignée rouge (un petit acarien suceur de sève) mais elles vont produire quand même.

Dehors, ce sont les concombres et surtout les courgettes qui seront au rdv chaque semaine. A noter sur les concombres : certains sont amères à cause de la chaleur. Surtout ceux qui sont un peu blancs. Pour éviter cela, bien les éplucher. L’amertume est dans la peau!

Des séries de haricots vont donner chacune leur tour. Je vous les donne « sur pied » car ce sont des variétés dites « mécaniques » qui ne donnent qu’une seule fois. Ca me fait gagner beaucoup de temps de récolte puisque je tourne à 8 à 10kg/h en récolte classique et qu’il m’en faut au minimum 40kg pour remplir les paniers de tous (on s’était fixé minimum 800g pour les grands paniers…)

Il y aura quelques originaux plus ponctuellement : blettes, choux blancs pommés, fenouils, maïs…

Les laitues ne supportent pas trop la chaleur alors j’ai perdu quelques séries qui sont montées en fleur…

 

 

Prévisions pour les récoltes d’automne hiver : Pas trop vite oh !

  • Les planches de choux pommés et choux de Bruxelles sont remplies et j’ai arrosé du mieux que j’ai pu car ces légumes-là ne sont pas fans de sécheresse.
  • Les betteraves rouges sont superbes, les fortes pluies juste après la levée ne les ont pas défavorisées et un désherbage bien suivi donne deux belles planches.

  • Les céleris sont beaux sur leurs nouvelles bâches. Même traitement que les choux ; arrosage suivi lorsque nécessaire et je fais bien car les céleris de bout de champs, toujours moins bien arrosés que les autres ont eu des feuilles brulées par les chaleurs.

 

 

 

 

 

  • Les courges sont peut-être un peu trop en avance à mon gout, mais bon, on ne va pas se plaindre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les patates douces poussent bien aussi. Elles ont mis du temps à démarrer, mais depuis que j’ai installé le goutte à goutte, elles poussent à vue d’œil. Je surveille les rongeurs qui, bien protégés sous la toile tissée seraient tout à fait capables de les grignoter avant nous !

 

 

  • Les pommes de terre sont … prêtes à récolter ! Avec un mois d’avance. J’ai fait quelques prélèvements, elles sont saines, avec des calibres moyens. La sécheresse a du hâter la croissance et du coup, un seul passage contre les doryphores a suffi à s’en débarrasser (photo : la « récolte » de doryphores).

 

 

 

 

 

  • Les maïs sont très beaux. Ils dépassent la mesure de 5 ou 6 Kiki empilés (voir News de Juin ;-)). Idem je surveille les rongeurs qui s’en était fait un festin l’année dernière alors que la récolte était superbe!

 

 

 

 

 

  • Les semis d’endives, de panais et de salsifis vont finalement donner quelque chose. Le désherbage a été laborieux et il a fallu 4 passages, tantôt à la main en chtibine, tantôt avec le pousse-pousse pour obtenir une parcelle « propre ».

  • Les navets, radis noirs, daikons et rutabagas sont tout juste levés. Bien plus beaux que l’année dernière, mais il a falloir suivre le désherbage. J’ai bon espoir car rappelez- vous, l’année dernière, les trois semis de navets successifs n’avaient rien donné. Du tout.

 

 

 

 

 

  • Les oignons et les échalotes sont les seules cultures sur lesquelles je n’ai pas su gérer le désherbage. Ça avait pourtant bien commencé avec un bel atelier en… Juin ? Mais depuis… Je n’ai pas pris le temps de repasser et les choses se sont gâtées. Rien de catastrophique, les oignons avaient déjà bien eu le temps de pousser donc le rendement sera peu impacté, mais ce sera plus gênant pour la récolte qui aura lieu cette semaine.

  • Les plants de poireaux étaient, comme pressentis, trop petits. On a su les planter quand même, mais je les chouchoute pour leur faire gagner du temps. J’ai aussi racheté 1400 plants Bio pour compléter et assurer le coup. Pas question de passer un hiver avec des poireaux moches !

 

 

 

 

  • Enfin, les si importantes carottes ont enfin donné une levée correcte. Après deux tentatives. Mes faux semis des buttes de carottes au désherbeur thermique de printemps avaient ratés à cause de la panic et des chardons, cf newsletter de Juin, alors je suis repartie sur des planches à plat pour cette année. Maintenant je bagarre un peu contre les taupes qui accourent pour se régaler des petits vers qui ressortent sur les surfaces arrosées et qui déchaussent les jeunes plantules. Ce n’est jamais gagné mais c’est ça qui est drôle ! Sur la photo, un spécimen rare : je trouve tous les ans des carottes emmêlées ou torsadées, mais je n’avais jamais trouvé de carottes fusionnées !! La nature est impressionnante !

Carottes sur buttes VS carottes à plat ???

LE gros avantage, sur butte, est que la carotte, sensible au moindre changement de densité du sol, a grâce à la butte déjà plus de 20cm de sol meuble et fin, ce qui donne de plus longues et plus belles carottes. La récolte est aussi plus simple. Pourquoi je n’ai pas pu le faire cette année ? Sur butte, l’emprise au sol est plus importante car les rangs sont écartés de 65cm contre 30cm à plat. Il y a donc plus de surface à désherber, or ce désherbage ne peut se faire qu’à la main ou avec un désherbeur thermique. Pas question de passer un outil qui détruirait les buttes et déchausserait les carottes. Quand on plante sur butte, on a intérêt à avoir bien réussi ses faux-semis pour assurer un minimum de repousse de plantes non désirées.

Comme j’ai râté mes faux semis cette année, vous comprendrait pourquoi j’ai décidé de passer à plat. Cela m’a permis de passer au pousse-pousse entre les rangs, et ainsi assurer un désherbage rapide et ergonomique.

Car plus que tout, la carotte craint la concurrence…

 

Quelques découvertes entomologiques cette année !

Je ne sais pas si la biodiversité continue d’augmenter autour de la ferme, ou si c’est tout simplement que je ne regardais pas comme il fallait avant, mais je découvre chaque jour des insectes que je n’avais jamais vus avant !

Sirex Géant (qui s’attaque au bois sec)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bupreste du Genévrier (ou du Cyprés ?)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grosse sauterelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chenille non identifiée (si quelqu’un sait ce que c’est !!)

 

Octobre 2019 – Enfin la pluie, le retour des légumes d’automne et bienvenue aux nouveaux ;-)!

 

Ca fait des lustres (depuis Juin en fait…) que je n’ai pas donné de nouvelles de la ferme. Pas sérieuse la maraichère. Et je n’ai pas vraiment d’excuse. Il y a du travail cette année, mais pas plus que les autres années. C’est peut-être la vie suivant son chemin, l’achat du tracteur couplé aux vraies vacances prises cet été, les petits travaux qui continuent dans la maison……  Allé je me rattrape, et promet d’être plus assidue, en ce mois d’Octobre où la récolte des courges a inspiré mon père et sa famille de « pommes d’or à pattes de branches de saules » (pomus doreus salix patas) ;-).

 

 

 

On n’est plus dans le nord « ou quoi » ?

 

Vous en avez entendu parler, nous avons subi cette année une sécheresse compliquée. Pas insurmontable, mais inhabituelle. Et ce ne sont pas les petites pluies de ces dernières semaines qui vont corriger le tir. Les réserves sont vides ! Quelles conséquences pour moi ?

 

–        Des semis de carottes, d’endives et de navets ratés qui grillent instantanément sous 40°C malgré l’arrosage.

–        Des repiquages de choux carbonisés car plantés dans un sol trop sec, qui absorbe en deux secondes l’eau qu’on lui donne…

–        Un creux de production sur certains légumes en septembre (tomates) dû à l’avortement des fleurs sous les chaleurs excessives du mois de Juillet.

–        Un travail du sol compliqué car trop sec. L’obligation de l’arroser pour obtenir la structure adaptée aux semis et aux repiquages.

–        Une organisation militaire pour faire tourner l’arrosage sur les parcelles la nuit afin que tous les légumes qui en ont besoin aient l’eau qu’il faut dans les temps.

–        Des conditions de travail difficiles et des horaires aménagés pendant le mois de juillet.

–        La perte de 25 poussins qui ont eu trop chaud et n’ont pas su se ventiler…

–        Les petits plants de kiwi qui, sans eau ont bien eu du mal à résister. Sur 13, il n’en reste que 4… A replanter cet automne et à surveiller l’année prochaine !!!

–        …

 

Bref vous l’aurez compris, on n’est pas habitué du tout à ça dans le nord. Quels points positifs et quelles leçons j’en tire ?

 

–        J’ai la chance de profiter de l’eau d’un forage gratuite, je n’imagine pas la facture de ceux qui sont raccordés au réseau urbain !!!

–        Les maladies cryptogamiques (= dues à des champignons, type mildiou sur pomme de terre ou oïdium sur concombres et courgette) aiment l’eau et n’ont pas vraiment pu s’exprimer cette année.

–        J’ai acheté un réseau d’irrigation que je vais enterrer cet hiver afin d’avoir de l’eau facilement, dans toutes les parcelles, en ouvrant simplement une vanne au lieu d’avoir à trainer des tuyaux dans tous les sens.

 

Quels résultats sur les légumes ?

 

– Les récoltes pour cet hiver ont commencé avec les échalotes, les oignons et les courges. Ces légumes s’en sont bien sorti. L’atelier récolte de courges a été remplacé au pied levé par « récolte de haricots sous serre » pour cause de pluie. C’était tout aussi efficace et utile, merci aux courageux présents!! Du fait, j’ai récolté les courges dans la semaine, mais également en conditions humides alors je veille à bien les faire sécher !!! Dans le lot, il y avait quelques originales, comme cette courge pingouin qui doit être issue d’une graine du compost, qui a levé toute seule et s’est développée spontanément. Elle ne ressemble pas à une courge classique car les courges s’hybrident naturellement entre elles. Ici, on dirait un mélange entre… une butternut, une longue de Nice et une Acorn ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– La récolte de pomme de terre est mitigée. Les formes sympas ne manquent pas… J’ai eu une famille de patates-canards et une flopée de déclaration d’amour via des patates-en-forme-de-cœur. Mais à part ça, il n’y a pas de gros calibres et les taupins les ont pas mal attaquées. A vos éplucheurs !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– Les navets n’ont pas levé. J’ai refait un semis fin Aout, donc ils sont très en retard, mais avec un peu de chance et un bel automne, ils se rattraperont peut-être ?

 

– Les betteraves rouges ont adoré : elles sont superbes, même un peu trop en avance à mon gout.

 

– Les poireaux sont très beaux. La culture est maitrisée et si les conditions sèches ne les ont pas incités à monter, vous en aurez tout l’hiver.

 

– Pour le reste, je suis dans le flou car la sécheresse a tout mis en retard : les carottes et les céleris sont encore en croissance, les choux pommés font pleins de feuilles, mais pour l’instant pas de pommes. Les choux fleurs d’automne sont bien aussi, choux kale et les choux rave s’en sortent, mais je sais qu’ils ne sont pas au gout de tous ;-).

 

 

 

Les cultures courtes d’hiver et d’automne s’installent tranquillement : les premières séries d’épinards et de mâches ont été repiqués, dehors et dedans. Je les chouchoute !!

 

Conclusion, pas de catastrophe pour cet hiver, les légumes « de base » devraient assurer des quantités correctes, mais quelques inquiétudes pour certains autres légumes.

 

Le tracteur, le tracteur ?

Le vieux SAME a fait sa probable dernière récolte de pommes de terre sur la ferme. La réception du nouveau est prévue pour mi-Novembre finalement. Mon prêt est passé grâce au financement participatif auquel vous êtes nombreux à avoir participé !

La préparation des contreparties est en cours, notamment les semences de tomates !

 

 

 

Vous êtes nouveau ? Ce paragraphe est pour vous !!!

 

Tout d’abord, je tiens à vous remercier, nouveaux et anciens pour votre confiance et votre engagement pour cette saison 2019-2020 ! C’est pas tous les jours qu’on s’engage pour acheter des paniers dont on ne connait pas la composition et qu’on va participer à faire pousser et à distribuer 😉 Pour une bonne expérience à l’AMAP, voici quelques petits trucs qui peuvent aider 😉

 

–        www.amapdelalys.orgLE SITE INTERNET DE L’AMAP reprend les paniers de légumes précédents (intéressant quand on se retrouve jeudi soir avec un légume inconnu dans le panier…) et lorsque c’est possible, vous informe du panier prochain (pratique pour faire ses courses…). Il contient aussi de nombreux articles sur la ferme, la vie de l’AMAP, les descriptions des légumes, quelques recettes, une Foire aux Questions, les liens pour s’inscrire aux ateliers et aux distributions, cette newsletter avec des photos exclusives… Allé-y sans modération !!!

–        La meilleure façon de savoir comment cuisiner un légume, c’est encore de demander. Pendant la distribution, il y aura forcément un amapien chevronné pour vous conseiller !

–        La mode des « légumes moches » est installée depuis longtemps à l’AMAP et ne passera pas… Mesure anti-gaspi… Et puisque l’intégralité de mes récoltes est pour vous, je prends le parti de mettre dans les paniers tous les légumes dont l’aspect est correct. Ne vous étonnez pas de voir une carotte qui a l’air d’avoir subi une opération à cœur ouvert, un chou-fleur pas tout à fait blanchi ou une laitue qui héberge quelques pucerons… Tout ce qui peut éviter le tas de compost, c’est du plus pour vous !!!

– Pour ceux qui ont des œufs : Merci de bien regarder la quantité qu’il faut prendre. Ca change chaque semaine en fonction de la ponte car je divise la quantité totale pondue par 70 (le nombre de « petites boites » prévues par les contrats).

 

Avril 2019 : la saga des tomates, l’épuisement des stocks, le joli papillon, le nouveau tracteur…

Légumes à venir dans les paniers

Les stocks sont quasi vides, il ne reste que des betteraves rouges, quelques courges et des haricots secs. Les plus petits paniers de l’année arrivent. Ils seront composés :

  • de verdures diverses (laitues, roquette, cresson…)
  • de soupes réalisées par « Le Chenelet » (atelier de réinsertion prés de Calais qui propose cette prestation) avec les légumes abondants de l’été 2018.
  • De petits condiments frais (aillet, échalotes vertes, oignons frais…)
  • Et petit à petit, de petits légumes primeurs : petits pois, fèves, navets, brocolis, puis pommes de terre, carottes botte…

A partir de mi-Juin, l’arrivée des courgettes et autres légumes d’été permettront d’assurer de nouveau des paniers conséquents. On attend pas les tomates avant mi-juillet, mais vivement !!!

 

 

Ateliers divers d’hiver

En Février, nous avons retiré les bâches qui étaient restées tout l’hiver au sol. Tirées au tracteur, pliées, mises sur le côté du champs à l’huile de coude d’amapiens… *

 

 

 

 

 

Après 2h sous une météo clémente, le champs et les bâches réutilisables étaient prêts pour une nouvelle saison.  C’est un travail que je ne peux absolument pas faire toute seule. Un grand merci aux courageux qui sont venus m’aider ;-)!

 

 

 

 

 

 

 

En Mars, nous avons entretenu les constructions en bois de la ferme : le poulailler fixe, le poulailler mobile et l’abri de l’âne et du poney. Avec le coup de main efficace des enfants, on est repartis pleins d’huile de lin. Ca doit être bon pour la peau non ?!

 

 

 

 

 

Les tomates de la graine à la plantation en serre

 

Etape 1 : on est mi-février. Les graines sont posées sur une tablette isolée, sur un lit de 3cm de terreau. Sous le terreau, il y a un câble chauffant qui garde tout ça à 25°C. au dessus, un mini tunnel dans le tunnel en plastique vient parfaire l’isolation et garder l’humidité. Sur cette photo, elles sont au stade cotylédons : les deux premières feuilles qui sortent au moment de la germination.

 

 

 

 

 

Etape 2, un mois plus tard environ, dés que deux vraies feuilles sont apparues, les bébés tomates sont repiqués un par un dans les godets individuels plus grands. On les garde au chaud, 20°C.

 

 

 

 

 

 

Etape 3 : début Avril, les plants ont bien poussé. Ils sont acclimatés dans le grand tunnel pendant une semaine environ. S’il fait froid la nuit on peut toujours à ce stade mettre un voile pour les protéger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etape 4 : mi-Avril, c’est le grand saut. Les petits plants sont repiqués à leur place définitive. La préparation du terrain a été soignée : en novembre, un mélange de plante avaient été semé pour nourrir le sol et le garder vivant. Cette végétation dense a été broyée (photo) et incorporée en douceur en février, pour se transformer en nutriments.

 

 

 

 

 

 

L’atelier d’Avril a été consacré à installer les bâches, l’irrigation, les 500 ficelles et les grillages qui servent à palisser tomates, poivrons et aubergines.

Au pied de chaque tomate, on ajoute une petite poignée de granulés à base de plumes et d’algues pour parfaire la fertilisation.

Et voilà !!! Maintenant, On espère qu’il ne va pas faire trop froid jusqu’aux saintes glaces.  « ya plus qu’à » bien les tailler toutes les semaines, et les fruits devraient arriver !

 

 

 

Mars et Avril en Image dans les cultures !

 

 

Les stocks se sont vidés. Plus de carottes ou de pommes de terre dans le frigo, et plus de poireaux dans le champs. Cette année, on a quand même atteint un record avec ce poireaux géant de presque 2kg !!!

 

 

 

 

 

 

 

Autour de la planteuse à pommes de terre, on était nombreux. Cette machine ancienne n’en reste pas moins très efficace et pratique. En moins d’une heure et demi, avec Mathilde en stage, mon père, et deux petits neveux ravis de graviter autour et sur le tracteur, on a planté presque 100kg de plants. 18 rangs de 50m ! Ya plus qu’à attendre que ça pousse, avec s’il vous plait, une année pas trop sèche, mais pas trop humide non plus. Oui en agriculture, on n’est jamais content du temps 😉

 

 

 

 

 

Dans le champs, il y a les premières laitues et courgettes, des fèves et des petits pois, sous voile pour les protéger du froid, des lapins et des pigeons qui raffolent de ces jeunes pousses toutes tendres.

De beaux oignons et de belles échalottes sont aussi en place. Là, je prépare déjà les paniers de l’hiver prochain ;-).

 

 

 

 

 

 

Cette année je teste deux types d’oignons : en bulbilles- on plante un mini oignon qui donne un gros oignon- et en semis -on fait un plant d’oignon à partir de la graine, qu’on plante et qui donne un oignon. Il paraitrait que les oignons de semis c’est un peu plus de travail, mais le rendement est vraiment meilleur. A voir !

 

 

 

 

 

 

 

Dans la serre, c’est déjà presque rempli. Il y a :

  • – un tiers avec les légumes à protéines : pois et haricots à rame, fèves…
  • – un tiers avec les légumes d’été, tomates, poivrons, aubergines, concombres…
  • – un tiers avec les légumes primeurs (brocolis, carottes, betteraves, navets, pommes de terre, laitues, épinards…) et les plants de poireaux (photo ci-contre).

 

 

 

 

 

Les courges, potirons et potimarrons ont été semés. Il y a plus de 25 variétés prévues alors comme chaque année, petit casse-tête pour trier les paquets et faire les semis sans s’emmêler les pinceaux! Avec tout ça aussi, je prépare les paniers de l’hiver prochain.

 

 

 

 

Après deux ans à essayer de faire du plant de patates douces sans succès, j’ai fini par me décider à en acheter. Ci-contre l’essai infructueux de cette année : les morceaux n’ont pas du tout germé, mais pourri sur place… Grâce à un collègue qui a pris le taureau par les cornes, on s’est groupé et on a commandé 1000 plants (c’est très dur à trouver et ça ne se vend qu’en grande quantité!!!). J’espère qu’on va les recevoir !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emerveillement ou simple fierté injustifiée, toujours est-il que je m’extasie un peu plus chaque année de l’évolution de la biodiversité sur le terrain. Dans la serre, on ne peut pas faire un pas sans voir un crapaud sauter. Quand on plante, on déterre toutes sortes de vers, carabes, et un microfaune dans le sol qu’on est pas toujours sur ce connaitre. On dérange les tritons quand on déplie les bâches et l’étang, bien que sa bâche soit en mauvais état, grouille de têtards de grenouilles ou de larves de libellules. On sauve les hérissons coincés dans le grillage du jardin et le fait d’habiter sur place me permet de répertorier encore mieux les espèces d’oiseaux qui occupent ou passent sur le terrain. Geai des chênes, pic-verts, accenteurs, mésanges en tous genres, moineaux, serins, rouge gorge, troglodytes, bergeronnettes…

 

 

 

Et pour la première fois cette année, j’ai vu un machaon adulte (voir photo) !!! J’avais déjà vu plusieurs fois sa chenille rigolote qui mange les feuilles des plantes de la famille de la carotte et arbore deux cornes oranges quand on a dérange (regardez sur Internet, c’est assez impressionnant), mais je n’avais jamais vu ce magnifique papillon coloré en vrai ! Très contente!!

 

 

TRACTEURRRRRR ?!

Je suis toujours en réflexion concernant l’achat d’un nouveau tracteur. J’ai trouvé LE modèle qui conviendrait !!! Les activités reprenant, ce n’est pas évident de s’atteler à la stratégie de financement sérieusement. Et puis les deux vieux coucous, les températures remontant se sont racheté une conduite. J’ai fait quelques mini travaux et ils ont l’air repartis. Pour l’instant. N’empêche que j’ai toujours l’intention de les changer. Si j’arrive à bien les revendre, quel confort de travail et quelle efficacité je vais gagner avec un tracteur qui démarre à tous les coups, qui est capable de porter plus de 500kg et qui ne perd pas d’huile à tout bout de champs (c’est le cas de le dire eheh).

 

 

 

J’en ai parlé autour de moi, ils ont encore de la valeur. Après tout ce ne sont pas des épaves, ils tournent tous les deux, c’est juste qu’ils ont besoin de quelqu’un qui s’y connait bien en mécanique pour faire les quelques travaux nécessaires à les remettre sur les rails. De mon côté, j’ai peur de trop attendre, et qu’ils finissent par avoir un problème que je ne suis pas capable de régler moi-même, et qui m’empêcherai de bien les revendre. Allé il faut que je prenne le temps m’occuper de ça avant l’été. Dans l’idée, sur les 22 000€ que coute ce joli petit tracteur, je voudrai avoir : 6000 ou 7000€ de la revente des tracteurs, 10 000 euros de prêt, et 5000 euros de financement participatif. Je vais donc certainement vous solliciter à ce sujet prochainement ;-).

 

 

 

 

 

 

Janvier 2019 : On ne s’ennuie pas même s’il neige ;-)

 

 

 

 

 

 

SUR LE TERRAIN : ENDIVES, POULAILLER MOBILE, TRACTEURS, IRRIGATION ET RONCES

Après de superbes vacances en famille en Auvergne pour Noel, j’ai commencé l’année avec un beau chantier de récolte d’endives. On avait une ligne de 50m à faire, on en a fait deux. En deux heures. Sachant que seule, je mets environ 4 heures pour une ligne. Un grand merci à la petite équipe, et à papa, pour le café ;-).

 

 

 

 

Deux semaines plus tard, voilà les endives « au forçage ». Ya plus qu’à attendre qu’elles poussent!

 

 

 

 

>>>>>>

Après deux petits mois de vide sanitaire, les poules ont pris leurs quartiers dans le poulailler mobile. C’est toute une histoire, car pour les changer de poulailler, il faut les prendre une par une, à la nuit tombée, pour les passer du perchoir du poulailler fixe au perchoir du poulailer mobile. Et il faut les remettre dans l’ordre, parce que les « chefs » tiennent à dormir en haut!!! Dans la hiérarchie des poules, ce qui est important, c’est de savoir qui va faire ses besoins sur qui pendant la nuit ;-).  C’était aussi l’occasion de les compter. Il y en a 100 tout pile ;-).

 

 

Le poulailler n’est pas loin du hangar alors j’ai décidé de profiter de la proximité de l’électricité pour y apporter quelques améliorations. Ben oui, pour souder, il faut de l’électricité ;-). Pour m’éviter de nombreux allers retours lors du déplacement de celui-ci, j’ai fabriqué :

  • Un marche-pied qu’on peut replier (à la place d’une caisse, c’est quand même plus propre!!),
  • Un support repliable pour la nouvelle cuve de récupération des eaux de pluie 350L achetée sur le bon coin (à la place d’un vieux tonneau qui fuit, des palettes et un support en alu complètement instable)
  • Deux béquilles bien adaptées pour caler le poulailler (à la place des palettes lourdes et pourries…)
  • Et surtout, un cadenas qui essayera de m’éviter un nouveau vol lorsque les poules retourneront dans la grande pâture. Bon c’est pas un coffre-fort, mais ceux qui ont fait ça sont forcément des fainéants alors j’espère que ça les dissuadera !! On va peut-être aussi mettre une alarme…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AVANT

 

 

 

 

 

 

APRES

 

 

 

 

 

 

 

>>>>>>

Comme tous les hivers, mes tracteurs m’en font voir de toutes les couleurs… Veulent pas démarrer, font de drôles de bruits… J’en ai tellement eu marre en janvier de devoir retarder des travaux, ou de galérer avec mes brouettes dans la neige et la boue parce qu’aucun de ces messieurs ne voulait démarrer que je suis en train de faire des devis pour voir si je ne pourrai pas en acheter un nouveau !!! Les prix que j’ai pour l’instant sont importants (plus de 30 000€!!!), alors je ne sais pas si ça va pouvoir se faire. Le problème c’est qu’il n’existe plus beaucoup de modèle de ce type, compact et environ 60CV. On me propose soit du microtracteur jusqu’à 25cv et là, ce n’est pas assez puissant pour moi, soit une gamme à plus de 80cv, dans des gabarits trop gros, moins maniables, difficiles à manœuvrer dans les tunnels, et cher… Je cherche une solution, technique et financière. Trouver quelqu’un pour remettre les vieux en état ? Acheter un tracteur d’occasion plus récent, mais au risque de se retrouver dans la même situation dans quelques années ? Si je trouve un modèle neuf adapté à un prix raisonnable, faire un financement participatif ? Affaire à suivre…

>>>>>>>>

J’ai aussi entamé le travail pour installer un réseau d’irrigation enterré. Cette année sèche m’a définitivement décidée : je ne peux plus galérer avec des petits tuyaux qui fuient, qu’il faut déplacer sans arrêt pour aller irriguer les parcelles les plus éloignées.  A 300m de la pompe du forage, il n’y a plus de pression, donc non seulement je gaspille de l’eau avec les fuites, mais en plus c’est mal irrigué car je ne peux pas utiliser les asperseurs qui demandent trop de pression. Je suis en train de faire des devis pour faire une petite tranchée à 80cm voire 1m de profondeur et pour le matériel, à savoir 200m de tuyau PE + les raccords pour avoir une sortie pratique et efficace au bout de chaque parcelle. A suivre aussi.

>>>>>>>>

A côté de tout ça, je fais aussi du maraichage, oui, oui 😉 ! La saison démarre au calme dans la pépinière : les premiers semis ont été faits, à savoir les poivrons et les aubergines. Je les chouchoute : 25°C, arrosage régulier à l’eau tiède, surveillance des tables chauffantes nouvellement isolées (avec des chutes d’isolation de la maison).

 

 

 

 

Kiki surveille, à l’aise, comme d’habitude…

 

 

 

 

 

 

>>>>>>>

A l’extérieur, ça travaille aussi. Et cette année, j’ai décidé de calmer les ardeurs des ronces qui prennent un peu trop d’aisance dans le parc du poulailler fixe. Le mot « bagarrer » se prête bien à la situation, et c’est moi qui ai gagné !! Je prend la résolution de le faire plus régulièrement à l’avenir 😉 !

(En photo : le tas de ronces qu’on a pris grand plaisir à bruler après avoir tant galérer pour les enlever !)

 

 

 

DANS LES PANIERS POUR LES DEUX MOIS A VENIR

 

 

 

 

 

Tout se passe bien dans les stocks.

  • Il y a encore pas mal de carottes, betteraves rouges, céleris, oignons, échalotes, courges, chou rave…
  • Les navets, c’est bientôt terminé, ainsi que les daikons… Encore une distribution.
  • Les choux pommés ont du mal à conserver, mais il en reste pour encore au moins une distribution.
  • Stock moyen de pommes de terre, encore un grosse distribution.
  • A l’extérieur, en terre, il y a encore beaucoup de poireaux, une ou deux distributions de choux de Bruxelles, une distribution de salsifis, une distribution de radis noirs et beaucoup de topinambours.
  • A l’intérieur, en terre, les petites verdures poussent doucement. Le manque de lumière et de chaleur font végéter la mâche, la roquette, les mescluns asiatiques (mizuna, naménia), le persil, l’ail frais… Ils vont arriver mais il faudra de la patience…
  • J’ai mis au chaud plusieurs séries successives d’échalottes vertes, ça, ça devrait arriver bientôt…

Et après tout ça, on commencera les distributions une semaine sur deux (à partir d’Avril). La belle saison est encore loin, mais les semis de poivrons et d’aubergines font rêver de ratatouilles ;-)!

En attendant, pourquoi pas une bonne soupe au chou ? Oui ? Cliquez là :

http://amapdelalys.org/blog/2019/02/1902/